Jean Teulé – Le magasin des suicides

lemagasindessuicides.jpg 

« Vous avez raté votre vie ? Avec nous vous réussirez votre mort ! » 

Le pitch est simplissime à souhait : un grain de sable d’optimisme bouleverse les habitudes et la vie d’une famille spécialisée dans le business du suicide. 

Résumé du livre :

« Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre. « 

Ce que j’en pense :

Nul doute que l’auteur s’est inspiré de la Famille Adams et de l’univers de Tim Burton. On imagine très aisément l’allure des protagonistes de l’histoire : la famille Tuvache (2 parents, 3 enfants).

Ce qui m’a plus dans ce roman, c’est que le sujet délicat d’un monde en dépression et du suicide (presque collectif!) est traité avec dérision tout au long du livre, sans jamais tomber dans le glauque ou la controverse.

L’écriture – très (trop?) facile d’accès - de Jean Teulé réussi à dédramatiser un sujet délicat : le suicide.

Cela donne une petite histoire originale, mais une fois passé le côté décalé du sujet, on s’ennuie un peu. J’ai personellement eu l’impression de lire la copie d’un élève en cours de français, avec beaucoup de clichés, des personnages et des actions très marqués, un peu trop exagérés à la fin.

Les protagonistes de l’histoire sont à mon goût trop caricaturés, ce qui fait que j’ai eu du mal à m’attacher aux personnages en fin de compte. Dommage également que la fin soit trop évidente : c’est une happy end à la Walt Disney.

Un peu déçue donc car j’avais commencé par lire Jean Teulé « à l’envers » : j’ai beaucoup aimé le Montespan, j’aurais dû me douter que forcément après, j’allais attendre beaucoup de cet auteur ;-)

Pour résumer Le Magasin des Suicides, je dirais que c’est un petit bouquin vite lu, sympatoche, agréable sans être mémorable à jamais non plus.



Margaux Motin – J’aurai adoré être ethnologue…

 

margauxmotin.jpg

Vous ai-je déjà parlé de mon amour pour Margaux Motin ?

Oui, oui, c’est carrément de l’amoûûûr que j’ai pour cette dessinatrice drôlissime. J’ai complètement craqué pour son style très franchouillard mais trendy quand même  et surtout pour son franc-parler.

margauxmotin4.jpg

Au diable les bonnes manières, son héroïne (elle-même) est comme vous et moi. Pas de honte à parler « bite et cul » et à dire qu’être maman, c’est bien, mais parfois c’est trop chiant. (ça, je n’en sais rien encore…)

margauxmotin3.jpg

 

Mais surtout ce que j’aime c’est son coup de crayon (Pénélope Jolicoeur, bien que rigolote, m’a moins touché artistiquement parlant). Les expressions des personnages sont tellement réelles !

margauxmotin1.jpg

Je me suis empressée d’acheter son tout 1er album, « J’aurais adoré être ethnologue… », bien que beaucoup des dessins soient en libre accès sur son blog (à mourir de rire) : je ne le regrette pas !

margauxmotin5.jpg

Elle a également sévi dans le Vie de Merde illustré (auquel plusieurs dessinateurs/trices ont collaboré) et c’est dément !

Et framboise sur le cupcake : j’ai offert cet album à plusieurs copines et cousines pour Noël : ça a été des moments mémorables de fous rires en famille autour de l’oeuvre de Margaux.

margauxmotin6.jpg

A mettre donc entre toutes les mains, sans hésitations !



Bright Star

 

brightstar2009149321346100229.jpg

Hier j’ai vu au cinéma le film Bright Star de Jane Campion (qui a eu entre autre la palme pour La Leçon de Piano). Une perle de poésie, des images d’une beauté romantique à couper le souffle.

 

brightstar2009149321333026163.jpg

Le souffle justement, c’est ce qui m’a marqué dans ce film. On sent le vent soulever les jupes, défaire les cheveux… un vent délicat, discret et chaud. La scène où elle s’allonge sur le lit, face à la fenêtre et le vent soulève les rideaux et s’immisce sous sa jupe est tout simplement hypnotisante.

 

brightstar2009149321133093572.jpg

 

Mais ce film ne s’arrête pas à la poésie et à la beauté de la nature durant chaque saison. Il y a surtout la douleur que l’on en retient. Oui, j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps la moitié du film ! Sans tomber dans le mélo dramatique pour autant, le film est tellement bien fait que l’on éprouve une empathie incroyable pour ces 2 jeunes amoureux, et forcément, leur destin ne peut que nous toucher.

 

brightstar2009149321056657434.jpg

C’est simple : lorsqu’elle pleure, je pleure. Et pourtant, je suis pas une pleurnicheuse des cinémas !

 

brightstar2009149321483136511.jpg

Un conseil toutefois à ceux qui adoooorent les films à rebondissements : celui-ci n’en a pas, c’est juste une histoire d’amour entre le poête John Keats, célebre poète anglais, et sa voisine Fanny Brawn. Et dedans, ça parle de poésie (moi qui étais hermétique à ce genre littéraire…). Les 2 acteurs Ben Whishaw et Abbie Cornish sont d’un naturel et d’une beauté touchante. Les costumes d’époques, originaux sans tomber dans le film gnan gnan sont fantastiques ! (Fanny créant elle-même ses robes).

 

brightstar200914932233008535.jpg

brightstar200914932495638735.jpg

Bref, c’est surtout un film à voir et à « sentir »… plutôt conseillé au filles, évidement, même si j’aimerais bien voir un garçon me dire qu’il a réussi à ne pas verser une larme… Défi lancé.

 

brightstar2009149321742163861.jpg

brightstar200914932906873282.jpg



Leslie Plée – Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses

vivantnaurezpauseslesliepleel1.jpg

En ce moment, je suis très littérature-dessin.

J’ai commencé naturellement par l’excellent album de Margaux Motin, mais ce n’est pas de cet album dont je vais vous parler aujourd’hui, mais de Moi vivant, vous n’aurez jamais de pauses de Leslie Plée.

Etant donné le sujet de ce livre + le fait que ce soit une dessinatrice, je ne pouvais que le demander au père Noël . D’autant plus que j’ai moi aussi rêvé depuis toute petite petite de devenir libraire. Oui, je sais, c’est complètement fou. J’ai failli démissionner de mon poste actuel l’année dernière pour devenir libraire. Mais non, la raison m’a rattrapée. Pourquoi ? Lisez le livre de Leslie Plée…Le pitch : Leslie est une jeune femme d’une vingtaine d’année (enfin, un peu plus…). Elle suit son homme qui quitte la capitale pour raison professionnelle et vient s’installer à Rennes. Leslie a beaucoup de chance. En à peine quelques semaines, elle décroche un studio, puis un CDI. OUI ! Vous avez bien lu ! Un CDI, le saint Graal. Dans une « grande surface du livre » qui plus est ! Libraire, Leslie va devenir libraire ! Enfin, sur le papier en tout cas, car en vrai….

Tout est dit, ce livre raconte ses misères de manutentionnaire… euh pardon, de libraire chez Cultura.

Ce que j’en pense ? C’est typique de ces grands magasins, des grandes boites en générales. Son patron c’est le mien, c’est celui de ma copine Gisèle, de ma tante Claudie, bref, c’est le manager à 2 balles parfait.
Les réflexions typiques du style :

 leslie66petit.jpg

Et puis ça m’a rappelé mon temps d’étudiante à la fac, ou je bossais les week ends dans une animalerie. Naïve que j’étais, je pensais que j’allais dorloter des petits lapins toute la journée. Que nenni, au final la caisse et le balai n’avaient plus de secrets pour moi…

Mais pour être un peu critique quand même… J’ai trouvé ça un peu court et « déjà vu » (oui, je sais, c’est justement ça qui fait le bouquin, c’est d’avoir déjà vécu ces situations). Les dessins sont biens mais je ne suis pas réellement fan de sa « patte » comme on dit. Et pour le prix… j’ai presque envie de dire qu’on nous prend pour des jambons. Ca m’a pris 15 minutes pour le lire, et une vingtaine d’euros que ça a couté au Papa Noël…

Au final, c’est bien, c’est sympa, mais c’est un peu cher pour le contenu.



Jean Teulé – Le Montespan

 

teulelemontespan.jpg

 

J’avoue qu’au début, j’étais un peu perplèxe sur le fait de lire « une histoire vraie » et qui plus est, très ancienne. La cour, Louis XIV, les favorites de ce dernier, c’est rigolo 5 minutes, mais je suis une fille moderne, moi monsieur.  Et l’Histoire (avec un grand H comme dans les cours de Mme Lapoujade) ben c’est pas vraiment mon fort. En gros : ça me gave vite.

Mais pas là. Le moins que l’on peut dire, c’est que ce marquis de Montespan est un personnage haut en couleurs et fort bien dépeint par Jean Teulé ! Pas ennuyeux un instant (même si parfois on a l’impression que l’auteur essaie de nous caser un maximum du vocabulaire de l’époque par ligne, histoire de nous faire comprendre qu’il s’est bien renseigné sur le sujet) les anecdotes de ce cocu de mari sont croustillantes et l’on s’en délecte du début à la fin.

Ce livre m’a fait l’impression d’une bouffée d’air frais : un vocabulaire châtié et pimenté, loin des discours polissés et geignards de ces derniers mois (enfin, ceux que j’ai lu) Cela change, c’est original et peu commun, et pourtant tout à fait abordable à la lecture de tout un chacun.

Vraiment, je conseille !

 



Liste de livres à l’attention du Papa Noël (encore lui)

annainghardt9.jpg 

Cher Papa Noël,

Voici ma wishlist de livres pour le début de l’année 2010.

Il va de soi qu’elle est non exhaustive.

(suite…)



Le Grandiloquent Moustache Poésie Club

 

blogtitle.jpg

 

Un véritable coup de coeur pour ces 3 jeunes hommes plein de talent et d’humour…

Je dois avouer que l’on m’y a un peu trainé au départ, car pour moi le « slam » c’est pas trop ça. Ben oui quoi, cette place de théâtre était un cadeau d’anniversaire. Aller voir du slam, dans un ancien peep-show en plus…? Non pas que j’ai quoi que ce soit contre Grand Corps Malade et ses copains, mais disons que c’est pas ma came. Du tout. D’habitude…

(suite…)



123

astrologie |
mariecreole |
le blog de mariane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BETA
| c mina 2
| TWO BR